FAQ

Normes européennes, françaises : comment sont-elles faites ?

Chaque norme européenne est préparée par un groupe de travail composé d’experts envoyés par les associations de normalisation des différents pays de l’Union européenne. Le projet qui est proposé est donc issu d’un consensus des spécialistes de ces différents pays. Le projet de norme est ensuite approuvé lors d’une enquête publique européenne. Une fois publiée par le CEN (Comité européen de normalisation), la norme européenne remplace obligatoirement toutes les normes nationales correspondantes. Il n’y a ainsi plus qu’une seule norme harmonisée dans tous les pays de l’Union européenne.

Quelle différence y-a-t-il entre norme, label et certification ?

On entend et on lit beaucoup de choses sur le sujet. On parle de « label CTB literie », de « norme FCBA », de « réglementation CTB »… de tout, sauf de certification CTB Literie. Voici quelques précisions sur le sujet…

 

La réglementation est créée par des autorités administratives (Etat, Sénat, collectivités, etc.). Elle émane donc d’un projet de loi, d’un règlement. Son application est imposée.

Pour être certifié CTB literie, un matelas est d’abord conforme à la réglementation produit (car c’est un pré-requis).

 

La norme est un document de référence approuvé par un institut de normalisation reconnu tel qu’AFNOR. Elle n’est pas obligatoire, mais l’appliquer témoigne d’un engagement de qualité reconnu. C’est la raison pour laquelle une certification s’appuie sur une liste de normes, soit de moyens (protocole d’essai = manière de tester), soit de résultats (niveau d’exigence).

Un sommier certifié CTB literie a été qualifié selon des normes (ou des protocoles) listés dans le référentiel technique.

 

La certification est une procédure par laquelle une tierce partie, l’organisme certificateur, donne une assurance écrite qu’un système d’organisation, un processus, une personne, un produit ou un service est conforme à des exigences spécifiées dans une norme ou un référentiel. La certification est un acte volontaire qui peut procurer aux entreprises un avantage concurrentiel. C’est un outil de compétitivité qui établit la confiance dans leurs relations avec leurs clients. Elle est délivrée par des organismes certificateurs indépendants, des entreprises certifiées ainsi que des pouvoirs publics. On distingue notamment des certifications de produits (ex. CTB literie, NF Ameublement), des certifications de système de management (qualité : ISO 9001, environnement : ISO 14001), des certifications de services, etc.

La certification de produits industriels CTB LITERIE est donc une démarche précise, encadrée par la loi et par le code de la consommation. Chaque année les entreprises certifiées CTB literie sont auditées par le FCBA, qui lui-même est audité par le COFRAC (comité français d’accréditation) selon la norme ISO17065. C’est la caution technique la plus élevée qui puisse être donnée à un produit. A ce jour il existe, dans l’ameublement domestique, les certifications de produits suivantes : CTB LITERIE, NF AMEUBLEMENT, NF ENVIRONNEMENT AMEUBLEMENT, ECOLABEL EUROPEEN et GS.

 

Le label garantit un niveau de qualité selon un cahier des charges donné. La caution technique est moindre puisqu’un label peut provenir d’un organisme public ou privé (il convient d’ailleurs de faire attention au sérieux et à la fiabilité de cet organisme et ce à quoi s’engagent vraiment les adhérents). Ces pratiques ne sont pas encadrées par des dispositions réglementaires mais sont licites tant qu’elles n’induisent pas de confusion avec une véritable certification dans l’esprit du public. Un label est donc beaucoup moins encadré qu’une certification.

CTB literie n’est pas un label.

Comment caractériser le confort ?

Le sujet est complexe car la part subjective est importante, raison pour laquelle il est recommandé d’essayer et de prendre conseil auprès des spécialistes du sommeil avant de déclencher son achat.

 

On distingue 2 types de conforts pour un matelas :

 

– l’accueil : 1ère sensation perçue au contact du matelas et apportée par les matières de garnissage (plateaux)

– le soutien : apporté par le cœur de matelas (fait en ressorts, mousse, latex)

 

D’autres paramètres entrent en jeu, comme par exemple :

 

– la respirabilité des matières (laissant passer eau et air),

– la régulation thermique,

– le rôle du sommier

 

L’ensemble agit sur la répartition de pression, la circulation sanguine. Un inconfort, quel qu’il soit, agit sur la qualité du sommeil.

 

Demain, un des enjeux de la certification CTB LITERIE pourrait être d’encadrer ces notions de confort.

Je veux un matelas mousse ferme, j’achète donc un matelas avec une forte densité ?

Une idée répandue est que, pour la plupart d’entre nous, dureté = densité. C’est faux.

La densité d’une mousse correspond à une quantité de matière au mètre cube (par ex. 35kg/m3). Plus une mousse est dense, plus l’épaisseur de ses parois cellulaires est élevée. Une mousse de 60kg/m3 offrira dans le temps un comportement plus pérenne qu’une de 30kg/m3. Il faut toutefois être prudent lorsqu’on compare des mousses de densités proches : une 40kg/m3 peut parfois avoir une meilleure durabilité qu’une 45kg/m3 (d’où l’intérêt d’avoir des mousses testées).

 

La notion de dureté ou de souplesse : une mousse (dense ou pas) peut être souple ou dure. On parle dans ce cas de portance, exprimée en kilopascal (par ex. 2.5 kPa pour une mousse souple et 3.5 kPa pour une mousse dure).

 

Les mousses plus qualitatives seront généralement présentes dans les matelas certifiés CTB literie, non pas parce que nous exigeons des mousses d’une densité minimum, mais parce que le filtre se fait naturellement : nous testons en durabilité les mousses et les matelas.

Le latex dans les matelas : comment s’y retrouver ?

Une recommandation du 21 décembre 1997 publiée au Journal Officiel clarifie les dénominations utilisées dans les matelas, en particulier l’utilisation du terme « latex ».

On retiendra quelques définitions et appellations:

Latex naturel :

provient du lait de l’arbre à caoutchouc hévéa.

 

Latex synthétique :

est une mousse obtenue par polymérisation de dérivés pétroliers.

 

Mousse de latex :

désigne indistinctement une mousse obtenue par coagulation et vulcanisation d’une émulsion de latex synthétique et/ou de latex naturel.

 

« Matelas tout latex » ou « matelas 100 % latex » 

matelas ayant une âme uniquement en latex d’au moins 10 cm d’épaisseur.

 

 « Latex origine naturel »

latex composé d’au moins 85% de latex naturel.

Ex. matelas 100% latex origine naturel = matelas dont l’âme latex, de plus de 10cm, est à 85% minimum composé de latex naturel

 

« Matelas latex »

matelas dont l’âme, lorsqu’elle est composée de deux ou de plusieurs matériaux superposés différents, répond aux deux critères suivants :

– hauteur minimale de latex : 10 centimètres ;

– la hauteur de latex représente au moins 60 % de la hauteur de l’âme.

Vous n’avez pas trouvé la réponse à votre question ? N’hésitez pas à nous contacter via la rubrique « Posez vos questions ».

Retourner à l'accueil